« Comploshère » / « Fachosphère » : les liaisons dangereuses

Dollarnote_siegel_hq

Par Alexandre Foatelli, Lloyd Chery et Marine Raut

Un des grands changements portés par internet a trait à la manière dont il permet à tout individu connecté de produire et publier des informations. Sur le web et les réseaux sociaux, les internautes discutent de l’actualité, proposent leur propre vision des événements, construisent des cadrages alternatifs et cherchent à mettre à l’agenda des thématiques peu traitées dans les médias dits « traditionnels ». Dans cette polyphonie de voix qui cherchent à se faire entendre, des réseaux structurés diffusent des informations fausses ou non vérifiées, des rumeurs, des théories du complot, dont le but est de véhiculer une vision ésotérique et anxiogène du monde politique et des relations sociales. Parallèlement, les sites d’extrême-droite sont en forte croissance sur le web français, au point d’en devenir la deuxième force politique. Ces sites ont intérêt à véhiculer des rumeurs et des théories du complot afin d’étendre leurs audiences en touchant de nouveaux publics. Quels sont les points de rencontre entre sites complotistes et d’extrême-droite sur internet? Quelles sont leurs stratégies de production et de diffusion d’informations? Comment les journalistes et les pouvoirs publics réagissent-ils face à ce phénomène? Des rumeurs politiques à la théorie du « grand remplacement », cette enquête mobilise professionnels des médias, chercheurs et associatifs afin de décrire les enjeux de cette nouvelle guerre de l’information sur internet.

Consulter l’enquête : Complosphère, fachosphère : les liaisons dangereuses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *