Al Qaïda/ AQMI : des vidéos qui dérangent

Ali-Anouzla

Par Assia Labbas, Eline Ulysse, Anton Kunin and Maxime François

Le départ de plusieurs centaines de jeunes Français pour la Syrie a porté sur la place publique la question de la diffusion de la propagande djihadiste sur internet. En 2014, une enquête des étudiants journalistes de l’Université de Cergy Pontoise s’était intéressée à la diffusion des vidéos d’Al Qaïda et AQMI, à leur réception et à leur réutilisation par les journalistes occidentaux. Dans les rédactions, la question fait débat : faut-il diffuser ces vidéos? Si oui, comment? Où s’arrête le droit d’informer et où commence la complicité d’actes terroristes? Une enquête internationale (Maroc, Espagne, France) qui fait le point sur les méthodes de travail journalistique autour de ce matériau particulièrement sensible, et rend compte de la diversité des réponses apportées à cette question cruciale : comment garantir la liberté d’informer dans des pays en proie aux actes terroristes?

Consulter l’enquête : Al Qaïda / Aqmi : des vidéos qui dérangent 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *